La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

MALPROPRETÉ

CHIOT

 

Il est normal qu'un chiot ne naisse pas propre et ne connaisse pas les règles de la propreté. C'est à vous de prendre le temps de lui montrer dès son plus jeune âge. Voici les principes de l'apprentissage de la propreté.

- Moins votre chien aura l’occasion de s’échapper aux mauvais endroits, plus clair ce sera pour lui. Donc dirigez-le vers l’endroit approprié (à l’extérieur, litière, piqué, journaux) le plus souvent possible.

 - Utilisez les moments où vous savez qu’il a une envie (après le dodo, lors de jeux, après le repas).

 - Sortez avec lui en tout temps. Cela vous permet de donner le renforcement positif au bon moment (immédiatement l’élimination terminée, pendant que le chien se lève les fesses). (Attention aux pipis, un rien distrait un chiot, s’assurer de voir les dernières petites gouttes). Il est important de récompenser le chiot lorsqu’il a finit son besoin et d’être avec lui. Au contraire, lorsque vous n’êtes pas avec lui et qu’il revient à la porte, si vous le récompenser à ce moment, il comprendra qu’il a été récompensé d’être revenu à la maison, et non pas pour le besoin fait il y a de cela plusieurs minutes ou mêmes secondes.

 - Lorsque vous ne le surveillez pas de façon étroite, l’utilisation de l’espace restreint est très utile. Instinctivement, un chien n’élimine pas à l’endroit où il dort et le reste est pour lui une toilette géante! Donc en le mettant dans un endroit restreint, sa motivation de retenue est accentuée. Cet endroit doit pouvoir lui permettre de s’étirer de son long mais pas plus.

 

Attention à sa capacité de retenue qui est dépend de son âge (âge en mois + 1 = nombre d’heures de retenue le jour (jusqu’à ce qu’il ait 5-6 mois d’âge). Si vous prévoyez quitter et que vous doutez qu’il ne puisse se retenir tout ce temps, lui faire un espace plus grand. On évitera de cette manière de lui apprendre à être malpropre dans sa cage.

Certains chiots peuvent avoir une malformation de naissance qui les amènent à être incontinent. L'incontinence se différencie de la malpropreté par un écoulement d'urine involontaire lorsqu'il est couché ou lorsqu'il se déplace. Ce genre de condition doit être diagnostiqué le plus tôt possible afin d'apporter un traitement.

Certains chiens démontrent des mictions émotionnelles (pipi content ou pipi de soumission) en urinant sur le plancher lors d’interaction avec des personnes connues ou non, lorsqu’ils sont exposés à un bruit ou à une situation qui les inquiète. La miction émotionnelle peut être liée à la crainte, à l’anxiété ou à un état d’excitation exagéré. Il est alors recommandé de ne pas leur donner d'attention (visuelle, physique ou verbale) pour éviter d'empirer le problème. Ce problème présent chez les chiots diminue souvent à mesure que l'animal vieillit avec la maturité de leur sphincter urinaire externe.

ADULTE

Un animal adulte qui devient malpropre du jour au lendemain vous indique qu'il a soit un problème de santé ou de comportement.

Certaines conditions médicales telles qu'une infection urinaire, un
diabète, des urolithes (pierres au niveau de la vessie) peuvent amener votre animal à faire ses urines à des endroits inappropriés. Ne vous en faites pas, il ne fait pas cela par vengeance ou jalousie, c'est simplement vous indiquer qu'il présente un inconfort ou une douleur ou qu'il n'est pas capable de se retenir comme à son habitude (lors de diabète la quantité d'urine augmente).

Dans le cas de selles, le parasitisme ou une maladie du système gastro-intestinal peuvent amener votre animal à faire ses selles à un endroit inapproprié.

La communication peut également entraîner de la malpropreté. Le marquage urinaire se voit souvent chez des chiens adultes intacts qui n'ont pas été stérilisés. L'animal urine alors sur des surfaces verticales. La castration corrige souvent le problème, mais il se peut que l'animal continue à marquer dû à l'apprentissage qu'il en a fait durant ses années de vie d'adulte.

Finalement un stress peut amener votre animal à devenir malpropre. Cela dit, avant d'attribuer la malpropreté à un problème d'ordre comportemental, il faut éliminer d'abord les causes médicales. Un examen médical, une prise de sang et une analyse d'urine pourront s'assurer que l'animal ne souffre pas d'une condition médicale. Par après, l'étape suivante est d'évaluer le tempérament de l'animal, de mieux comprendre la cause de la malpropreté (crainte, anxiété, panique) et/ou de filmer l'animal en l'absence des propriétaires si l'animal est malpropre lorsqu'il est seul. En présence d'anxiété, votre animal sera référé à un vétérinaire comportementaliste.